(3)Pasteur et agro-pasteur de la steppe algerienne

    avatar
    Admin
    Admin

    : 327
    :
    :
    :
    : 02/03/2008

    (3)Pasteur et agro-pasteur de la steppe algerienne

       Admin 02 2008, 23:24

    Llevage est la seule activit des plus dmunis. Ce sont soit des leveurs nomades, rcemment sdentariss pour chapper la difficult de la vie sous la tente et/ou chercher une activit dappoint en ville pour tenter de se replacer dans la hirarchie sociale et reconstituer ou dvelopper leur cheptel, soit des no-leveurs qui, ne trouvant aucune autre source de revenu, ont eu recours llevage en attendant des jours meilleurs.

    Notons encore limportance, parmi les enquts, de la catgorie moyenne. Dans toute socit en volution, celle-ci est un rservoir de main-duvre et un gestionnaire dquilibre. Pour les leveurs et les agro-leveurs de Djebel Amour, la catgorie moyenne reprsente 67 % de lensemble de la population tudie. Elle se caractrise par la possession dun facteur de production unique, le cheptel, car la terre est dans la plupart des cas en proprit collective, sauf pour les agriculteurs de la catgorie 4 qui possdent des superficies agricoles en proprit prive ngligeable, destines au marachage. Lobjectif des enquts de cette catgorie est davoir un niveau de vie dcent tout en maintenant une activit agropastorale, en sappuyant ventuellement sur des activits capables de gnrer un revenu dappoint : travail saisonnier chez des tiers, travail salari de lun des membres du mnage en ville ou dans les agglomrations limitrophes.

    Figure 2. Dynamique des catgories dleveurs et dagro-leveurs de Djebel Amour

    Source : Élabor par lauteur.

    Cette catgorie intermdiaire semble voluer dans deux directions diffrentes. Certains capitalisent un maximum de cheptel, de moyens humains, matriels et financiers et rejoignent les plus aiss : ils sont peu nombreux y parvenir. Les autres sinscrivent dans un cercle vicieux de pauprisation et rejoindront progressivement la catgorie des plus dmunis. La catgorie intermdiaire pourrait ainsi tre appele disparatre. Si ctait le cas, les diffrenciations sociales accrues pourraient avoir des consquences dpassant largement le champ cologique et conomique.

    Chez les pasteurs et les agro-pasteurs, la dynamique est gre par la dcapitalisation pour les plus dmunis et la thsaurisation du cheptel pour les plus aiss ; en revanche chez les agriculteurs, elle est gre par le gain et/ou la perte des superficies agricoles9.

    Il y a deux types de dynamiques : une endogne et lautre exogne. La dynamique endogne se matrialise par des transformations au sein dune mme catgorie ou le passage dune catgorie une autre tout en restant au sein de lactivit mre lactivit agropastorale. La dynamique exogne, quant elle, se caractrise par une sortie de la sphre de lactivit agropastorale. Elle peut avoir deux sens diffrents : soit labandon de lactivit et le recours au salariat pour les plus dmunis, soit, pour les plus aiss, la thsaurisation et la capitalisation pour investir dans dautres domaines, notamment le commerce. Le graphique suivant met en vidence limportance de la source mixte :

    Graphe 2 : Source de revenu des enquts


    Source : Donnes de l'enqute.

    Ainsi, 56 % des enquts assurent leurs revenus en recourant des activits extra-agricoles diverses ou combinent le revenu de lactivit agropastorale et une retraite, une pension ou dautres aides familiales. Ceux dont les ressources sont uniquement fondes sur un revenu assur par llevage ou lagriculture sont les moins nombreux. La tendance est la diversification des activits et au recours aux revenus extra-agricoles.

    Conclusion
    Le temps de la gestion collective des ressources naturelles est rvolu. Lre actuelle porte plutt un individualisme dni.

    Les changements constats dans lactivit pastorale ont eu des effets variables en fonction de la catgorie laquelle appartiennent les pasteurs ou agro-pasteurs. Les plus aiss ont su les mettre profit pour se dvelopper. En revanche, les plus dmunis subissent les effets de ces changements qui ne font que les inscrire dans un cycle de pauprisation et de marginalisation.

    La course vers la matrise des ressources et les vifs conflits sur les terres de parcours obissent deux stratgies diffrentes. Les plus aiss tentent davoir plus de moyens et de pouvoir social afin de maximiser leurs profits, les plus dmunis tentent de subsister grce au maintien dun levage extensif et dune agriculture en sec, sappuyant sur quelques hectares de terres collectives et sur le recours au salariat et au travail saisonnier.

    Lintgration au march nest que le rsultat de la combinaison de facteurs favorables qui permettent aux plus aiss une ouverture sur les autres rgions du pays par les biais de la commercialisation et de lapprovisionnement en facteurs de production. La marginalisation des plus dmunis rsulte quant elle de la conjonction de facteurs limitant le dveloppement de lactivit agropastorale et/ou pastorale, par le biais dune dcapitalisation progressive et dune pauprisation dans une dynamique marque par une diminution des catgories moyennes qui ne parviennent pas se reproduire.

    La situation est telle que laccumulation des problmes sociaux, conomiques et environnementaux pourrait compromettre la survie des populations et de lcosystme dans la steppe algrienne.

    Bibliographie
    Abaab, A., Bedrani, S., Bourbouze, A. & Chiche, J., 1995. Les politiques agricoles et la dynamique des systmes agro-pastoraux au Maghreb . Options Mditerranennes, Srie B no 14 (Agriculture maghrbine laube de lan 2000), Ciheam/Iam Montpellier.

    Bedrani, S., 1994. Algrie, les dveloppement des zones de parcours. Étude Banque mondiale, Washington.

    Bedrani, S. & Bensouiah, R., 2000. La relation homme - environnement dans la steppe algrienne : cas de la rgion de Djebel Amour . Communication au sminaire international MEDENPOP 2000. Jerba, Tunisie du 25 au 28 octobre 2000.

    Bensouiah, R., 1997. La dgradation de parcours steppiques : tude de cas sur la rgion de Djebel Amour. Thse de Magister. INA, Alger.

    Boukhobza, M., 1982. Lagro-pastoralisme traditionnel en Algrie : de lordre tribal au dsordre colonial. OPU, Alger.

    Capot Rey, R., 1942. Le nomadisme pastorale dans le Sahara franais . Travaux de lIRS, Vol. 1, Alger.

    Daget, Ph. & Gordon, M., 1995. Pastoralisme : troupeaux, espaces et socits. Hattier AUPELF. UREF, Paris.

    Despois, J., 1957. Le Djebel Amour. Éd. PUF, Paris.

    Emery, R., 1998. Hight-Rentability Pastoralism Versus Risk-Averse Pastoralism . Journal of Environment & Development, Vol. 7, no 4.

    Manger Leif, O., 1999. From the Mountains to the Plains: the Integration of the Lafofa Nuba into Sudanese Society. OSSREA, Addis Abeba.

    Manger Leif, O. & Abdelghafar, A. M., 2000. Pastoralists and Environment: Experience from the Greater Horne of Africa. Procuding of the Regional Workshop on African Drylands. OSSREA, Addis Abeba.

    Documents annexes
    Il y a 1 document annex cet article.
    Figure 2 (56k)


    Notes
    1Le Tell est la zone du Nord de lAlgrie, celle quon appelle aussi lAlgrie utile car cest la seule rgion o lagriculture intensive est possible.2Cf. les travaux de Ph. Daget et al., 1995 ; Emery R., 1998 et Manger L. et al., 2000.3En Algrie, lorganisation administrative distingue wilaya, dara et commune (quivalent en France de dpartement, arrondissement et commune)4Une tribu est constitue de plusieurs Douar. 5Lensemble des rsultats a t prsent dans une thse soutenue en novembre 2003 luniversit de Paris X, sous la direction dHugues Lamarche : Dynamique socio-conomique et culturelle des espaces pastoraux algriens. Cas de la rgion de Djebel Amour. NDR.6Daget Ph. et Gordon M. (1995) : Pastoralisme: troupeaux, espaces et socits. Hattier - AUPELF.UREF, Paris.7Cette pratique peut prendre dautres formes et dautres expressions, selon le contexte. Au Maroc par exemple, sous un autre nom, elle se pratique exactement selon le mme principe, mais au lieu de lots de crales, on relie des tentes de membres de la famille de lleveur.8À la question relative aux raisons de la sdentarisation, nos enquts ont t unanimes pour dire que lobjectif tait la recherche de conditions de vie meilleures.9Or, nous savons maintenant que laccroissement de la superficie agricole possde oblige le recours El Gdel.

    Pour citer cet article
    Riad BENSOUIAH, Pasteurs et agro-pasteurs de la steppe algrienne, Strates [En ligne],
    Numro 11. 2004 - Jeune recherche, la vitalit d'un laboratoire,
    Mis en ligne le : 17 janvier 2005
    Disponible sur : http://strates.revues.org/document478.html.
    Rfrence du : 2 mai 2008
    Quelques mots propos de : Riad BENSOUIAH
    Sociologue. Doctorat, Ladyss, universit de Paris 10, bensouia@hotmail.com

    alonso



    : 11
    : 24
    : hassi al rmel
    : 05/08/2008

    : (3)Pasteur et agro-pasteur de la steppe algerienne

       alonso 05 2008, 20:28

    merci cheers

    nadia



    : 20
    : 26/03/2008

    : (3)Pasteur et agro-pasteur de la steppe algerienne

       nadia 07 2008, 22:34

    Cest tres interessant, merci beaucoup

      / 20 2017, 04:53