l'avenir de la steppe algerienne

    avatar
    Admin
    Admin

    : 327
    :
    :
    :
    : 02/03/2008

    l'avenir de la steppe algerienne

       Admin 02 2008, 23:36

    Quleques notes d'une recherche en cours



    --------------------------------------------------------------------------------

    L'avenir de la steppe algrienne est-il compromis?



    Introduction.
    La gestion des ressources naturelles est devenue en lespace de quelques annes lune des principales proccupations des Pouvoirs Publics des pays dvelopps. Ds lors, les recherches dans le domaine se sont multiplies et les mthodes appropries de plus en plus diversifies.
    Cependant, dans les pays en voie de dveloppement ou encore ceux sous dvelopps qui font face une multitude et une diversit de problmes, la place de la gestion des ressources naturelles se trouve en queue de liste des objectifs des Pouvoirs Publics.

    En Algrie, la gestion des ressources naturelles est marque par un retard immense. Dun ct, les mthodes utilises sont dpasses et de lautre, le manque de suivi et la marginalisation des premiers concerns du fait que la dcision se prend au niveau central.

    En outre, la ncessit dintervenir en Algrie concerne les zones fragiles arides et semi-arides, cest--dire, les zones steppiques qui sont soumises la dgradation de leurs ressources naturelles, notamment le sol et le couvert vgtal (S. BEDRANI, 1994 ). En effet, le bilan tabli en 1984 par le Ministre de lAgriculture montre que 5 millions dhectares parmi les 20 millions dhectares qui constituent le territoire steppique algrien, se trouvent dans un tat avanc de dgradation. La ncessit dintervenir dans ces zones se pose avec acuit si on veut viter leur dsertification et ne pas compromettre lavenir des populations qui y vivent.

    Le pays du mouton ( A. AIDOUD, 1994 )
    se trouve donc soumis une dgradation de ses parcours. Cette dgradation sest ralise sous laction combine des facteurs du milieu physique et ceux de lenvironnement socio-conomique. En effet, si les premiers se traduisent travers la fragilit de lcosystme steppique, les deuximes montrent que la dgradation des parcours est impute la pauvret en milieu rural, elle-mme due la croissance dmographique. Cet tat de fait a favoris laugmentation de la pression sur les ressources et donc une intervention anarchique de lhomme.

    La gestion de lespace pastoral en Algrien nobit aucune rgle, sauf peut-tre celle du plus fort. La ncessit de trouver un modle de gestion appropri, implique au pralable une connaissance approfondie du terrain et des donnes statistiques fiables et affines.

    Bien que divers projets taient mens dans ce sens, les rsultats escompts pour ces espaces marginaux tardent voir le jour. A laube de troisime millnaire et quatre dcennies aprs lindpendance du pays, la steppe est toujours cet espace dune pauprisation structurelle dun point de vue socio-conomique et une dgradation du milieu naturelle du point de vue milieu physique.


    Donnes sommaires sur le trritoire algrien dans son ensemble.
    Relief
    L'Algrie du nord - moins de 1/6 du territoire - est forme de 3 zones parallles au rivage,
    s'tageant du nord au sud :
    l'Atlas tellien, long de 1 000 km et large de 125 km, entre mer et hautes plaines, est compos
    des monts de Tlemcen, l'Ouarsenis, les monts du Sahel d'Alger, le massif du Djurdjura avec le
    Lalla Khadidja qui culmine 2 308 mtres, les monts du Constantinois. Ces chanes sont
    entrelaces et coupes de valles et de plaines : plaine du Sig, valle de l'oued Chlif, plaine de
    la Mitidja au sud d'Alger, plaine ctire d'Annaba draine par l'oued Seybouse.
    les Hautes plaines de Stif et de Constantine o coule le Rummel ; les Hauts plateaux, vastes
    zones steppiques qui prsentent des dpressions comme celles des chotts el-Chergui et
    el-Hodna.
    enfin l'Atlas saharien form lui aussi d'une succession de monts : massif des Ksours (1 200
    mtres d'altitude), le Djebel Amour, les monts des Ouled Nal (1 500 mtres), les Aurs, les
    Ziban.
    Ces reliefs dominent le Sahara, soit 2 millions de Km2 faits de valles sches telle que celle de
    l'oued Saoura, des immensits sablonneuses du Grand Erg occidental et du Grand Erg oriental,
    de plateaux comme le Tademat, le Tassili, le Tanezrouft, de montagnes telle que le Hoggar,
    massif volcanique culminant au mont Tahat 3 010 mtres.

    Climat
    Les aires climatiques sont trs diversifies et le climat varie du type mditerranen au type
    saharien.
    Au nord, les hivers sont pluvieux et froids, les ts chauds et secs. Le climat, le long de la cte,
    est adouci par la prsence de la mer. L'Est algrien est une rgion plus pluvieuse que l'Ouest,
    avec ses 2 mtres de pluie par an et des sommets enneigs d'octobre juillet.
    Le pied sud de l'Atlas tellien marque la limite du climat aride : sec et tropical, avec de grands
    carts de tempratures en hiver : la temprature moyenne est de 36C le jour et 5C la nuit.



    Donnes sur ltude.
    La steppe, espace des nomades et de llevage ovin par excellence change de visage et donne de plus en plus une image nouvelle. Cette nouveaut peut tre rsum en deux principaux points savoir, une socit pralablement nomade qui se disloque et qui tend vers une sdentarisation massive et un paysage dgrad offrant aux observateurs des espaces rocailleux avenir pas du tout promoteur.
    Plusieurs questions se posent alors. Quelles sont les causes de cet tat ? qui est responsable ? pourquoi ce changement ? et bien beaucoup dautres questions.

    En ce qui nous concerne et dans un premier temps, nous partons de lhypothse que la dgradation est essentiellement lie la pauvret en milieu rural, elle-mme due la croissance dmographique et au manque de cration demplois non agricoles.

    Ltude que nous avons eu le soin de mener a porter sur une zone appartenant lune des principales wilayate steppiques algrienne en loccurrence la rgion de Djebel Amour ayant comme centre urbain la commune dAflou.


    Localisation de la zone dtude



    Le choix des dates de ltude multitemporelle a t fait en fonction des images satellitaires dont nous disposons, mais aussi en fonction des dates des recensements exhaustifs de la population. En effet, les statistiques utilises dans ltude ont t puiss du Recensement Gnral de la Population et de lHabitat ( R.G.P.H ) effectus par lOffice National des Statistiques (O.N.S) en 1977 et 1987, et des documents de la Direction de la Planification et de lAmnagement du Territoire ( D.P.A.T ) de la wilaya de Laghouat pour les annes de 1991 et 1994.

    Cependant, il faut noter que certaines conclusions restent striles du fait du manque flagrant des donnes statistiques plus affines, surtout pour ce qui est du secteur de lemploi ainsi que la rpartition de la population par catgorie socioprofessionnelle.



    La socit pastorale : entre pauprisation et dislocation
    La crise de lconomie pastorale est tellement profonde et complexe, quelle remonte loin dans le temps. Elle est caractrise par linterdpendance de deux environnements non moins importants lun de lautre. Un environnement physique compos sommairement par les conditions du milieu naturel, et un environnement socio-conomique reprsent par lhomme et son milieu social.
    Ltude de lenvironnement socio-conomique nous permettra, en comparant les activits de la population diffrents moments, de dterminer les caractres-cls sur lesquels repose lactivit pastorale.

    Lanalyse de la situation des populations pastorales et agro-pastorales doit partir du fait le plus important concernant ces populations: celui de la diminution rapide de leur nombre et de la proportion quelles forment dsormais dans la population totale ( S. BEDRANI, 1987. ). Cette diminution est suivie par la rduction des ressources disponibles. Ceci provoquer une anarchie vritable dans lexploitation de ces dernires, car non seulement les diffrents acteurs ne respectent plus les rgles de prsence, mais leur comportement met en pril la prennit des ressources ( U.N.S.O, 1993.).

    Il serait donc ncessaire, en premier lieu, de dterminer les causes socio-conomiques responsables de la dgradation des parcours steppiques de la rgion Nord-Ouest de la wilaya de Laghouat en loccurrence les Darate de Gueltet Sidi Sad, de Brida et d'Aflou. Ces causes semblent tre lies la pauvret elle-mme due la concurrence pour la subsistance et laccroissement de la population.

    Sous les effets combins des facteurs naturels, notamment les scheresses structurelles, et les facteurs socio-conomiques, qui se manifestent entre autres travers le dfrichement des parcours et lextension des espaces craliers, la steppe se trouve aujourdhui face un problme dont il urge de trouver une solution.

    Les raisons de cet tat de dgradation sont multiples, tandis que la cause est unique : une dgradation sans quivoque et fort probablement irrversible si les mesures ncessaires ne sont pas prises dans le moment opportun.

    Les causes socio-conomiques principales relever sont la diminution de la mobilit des hommes et des animaux , lmergence de nouveau mode de gestion de lespace et de la mme un rdecoupage de lespace.


    La diminution de la mobilit
    est caractrise par le passage dun mode de vie essentiellement nomade un mode essentiellement sdentaire. En effet, le temps des grandes caravanes est rvolu, la place est actuellement au dplacement motoris, bien quune vision moins pessimiste nous permet de constater que certains leveurs continuent se dplacer pieds ne serai ce que pour des distances ngligeables. La sdentarisation de la population et la disparition progressive mais certaine du nomadisme sont aussi l'origine de ces modifications.


    Lmergence de nouveau mode de gestion de lespace est comme rsultat de lintensification de la course vers la matrise des ressources notamment les parcours. Le souci davoir plus despace appropri en priv lemporte actuellement sur le mode traditionnel o laccs et la gestion des parcours relevait des fonctions de la tribu. Lintrt individuel lemporte sur lintrt collectif. La mise en culture des parcours est lun des moyens les plus sur pour sapproprier de lespace. Or, cette mise en culture sous entend au pralable, un dfrichement, lui-mme lorigine de la diminution de la superficie de parcours palatables et de mme la dgradation certaine des terres mises en culture, car prsentant des caractres physiques favorisant une dperdition au moindre ala externe.


    Le nouveau mode de gestion de lespace a eu, entre autres comme consquences, le rdcoupage de ce mme espace. En effet, lindividualisation du procs de production et le nouveau mode de gestion des parcours font que les gros leveurs se sont accapars des meilleurs parcours ne laissant aux autres petits et moyens leveurs, majoritaire en nombre, que les parcours les plus mdiocre en terme de qualit. Ceci est dautant vrai que les petits et moyens leveurs ne se dplacent plus comme avant et prfrent pturer sur les parcours limitrophes et dots de points deau alors que les gros possdent des moyens motoriss qui leur permettent deffectuer de grands dplacements.

    Enfin, loin de cerner tous les problmes des espaces pastoraux, nous avons voulu dans cette note, veiller lesprit des lecteurs sur quelques problmes que rencontrent les espaces pastoraux nord africain en gnral. Cependant, nous restons la disposition des lecteurs qui veulent approfondir leur connaissance sur le sujet, car, nous menons nous-mmes une recherche trs pousse sur ce sujet qui a dj fait lobjet de notre tude au moins deux reprises.







    Parcours alfa en voie de dgradation, rgion de Malab, commune de Hadj Mecheri (Mai 1996).




    Espace cralier avec rendement alatoire de lordre de 3 Qx/ha.Rgion de Massine - Commune de Hadj Mecheri (Mai 1996).

    Si dans la premire et la seconde recherche, nous nous sommes intress la relation homme - cosystme steppique, dans celle qui est encours actuellement nous nous sommes plutt intress au cot sociologique de cette relation homme - cosystme, esprant bien sr trouv plus de rponses nos questionnements.



    Conclusion:
    Entre dgradation du milieux naturel et pauoprisation des populations, la steppe se trouve dans une situation problmatique. D'un cot, il est ncessaire de trouver les mcanismes pour diminuer de cette pauprisation et de l'autre, et en l'absence des investissements dans des secteurs crateurs d'emplois, nous assistons au recours l'activit ancestrale, en l'occurence l'levage ovin. De cette faon, l'accroissement au dessus de la normale du cheptel prsent sur les parcours steppiques est maintenue et ce face une diminution considrable des ressources pastorales. Dja au dbut de la dcennie 1990 un immnent chercheur (LE HEOUROU H. N.) sur les espaces steppiques affirmait que le potentiel rel de la steppe diminuer de plus de 10 fois par rapport aux annes 1970. Cependant, ceci n'est que la face visible du problme car la situation est beaucoup plus complique que cela. En effet, il est vrai qu'il y a dgradation que a soit naturelle ou socio-conomique, mais cette dgradation a t cause par les acteurs qui interviennent dans la steppe. Bien videment, travers un concours de circonstances, la ralit des espaces pastoraux algriens, comme d'ailleurs ceux du Maroc, est aujourd'hui tout fait autre chose de ce que nous connaissons de la steppe est des socits pastorales en gnrale. Ainsi, si les moyens et les finalits sont plus ou moins les mme, la manire d'agir carrement changer de cap. notons tous simplement titre indicatif, la monte de l'individualisme dans cette socit connue pourtant par le collectivisme. C'est en effet ce niveau que nous pensons approffondir nos connaissances et apporter des rponses aux questionnement qui se posent sans cesse sur les transformations de la socit pastorale. Transformation qui est pour une grande part responsable de l'tat naturel et mme de l'environnement socio-conomique que nous constatons de nos jours dans la steppe et chez les socits pastorles.
    Bien videment, nous ne dfendons pas l'hypothse de retour zro, c'est--dire, le ramener la socit pastorale un mode de vie des sciecles prcedents. Nanmoins, nous voulons trouver dans les rponses et les explications des bauches pour un dveloppement intgr et durable de ces zones vitales au moment o le monde entier parle de mondialisation. Aussi, et dans un objectif purement environnemental, nous voulons trouver des rponses scientifiques sur la base des explications fouurnie, pour sauvegarder ces espace et de ce fait assuer l'avenir des gnrations futures.

    Votre opinion m'intresse
    Contacter l'auteur

      / 20 2017, 04:54