avatar
    Admin
    Admin

    : 327
    :
    :
    :
    : 02/03/2008

       Admin 17 2012, 21:09

    LEGENDE ET HISTOIRE DU SAINT SIDI BEL ABBES EL-BOUZID

    En 1838, la faveur du Trait de la Tafna, le capitaine Daumas, consul franais auprs de lmir, entreprend un voyage dexploration de Mascara Tlemcen. Arrivant hauteur de loued Mekkera, il note avec intrt: On arrive loued Mekerra, rivire profonde de deux pieds et large de douze.

    Plusieurs sources viennent se jeter dans cet oued; aussi trouve-t-on de leau en t comme en hiver. Champs cultivs droite et gauche. Bon gu sur la rivire et 50 pas plus haut et sur la droite, un marabout. Il sarrta un moment face au mausole, se surprit rver un tablissement colonial sur ces terres riches, puis sloigna lentement en direction de louest Derrire lui une bourrasque troubla brusquement les arbres des alentours et la srnit du site.

    Des plerins du mausole virent dans la brve visite de lofficier franais un funeste prsage. Certains se remmorrent avec inquitude la prdiction qui dit qu la veille de sa mort, Sidi Bel-Abbs el Bouzidi -puisque cest de lui quil sagit et qui reposait l depuis dj plus de 50 ans dans une grande srnit-, eut une vision cleste, apocalyptique, une vision si terrible quelle lavait, durant un moment, transfigur. Cet officier franais serait-il le funeste annonciateur des malheurs entrevus par le saint homme dans sa vision? Et en effet, une anne plus tard, la guerre reprit entre Abdelkader et les Franais. Le voisinage du mausole, jusqualors havre de paix, est troubl par le mouvement des armes en campagne.

    Les Beni Ameur, mobiliss pour le djihad, viendront souvent implorer la baraka du saint avant de se mettre en campagne. Abdelkader, lui mme, utilisera la koubba du saint homme comme point de ralliement de ses troupes. La tradition locale a gard le souvenir de ce fameux peuplier dAbdelkader, non loin du mausole du saint homme, lemplacement actuel du jardin public, sous lequel lmir haranguait ses fidles pour la guerre sainte.

    Dans un premier temps, durant toute lanne 1840, Bouhmidi, le fidle khalifa de lmir put porter la guerre aux portes dOran, mais vers la fin de lanne 1840, Bugeaud, nouveau Gouverneur de lAlgrie mobilisa une arme de 100.000 hommes et ordonna au gnral Lamoricire dagir contre Ghrabas et les Beni-Ameur pour ravager, limproviste, le territoire qui se trouve au sud du lac, denlever les bestiaux, de les mettre dans limpossibilit densemencer leurs terres.

    Les gnraux Lamoricire et Plissier attaqurent les Ouled Ali, les Ghrabas et les Beni-Amer. Ces tribus sont, tour tour, harceles, leurs territoires saccags et leurs silos pills. Ruins, les Beni Ameur seront vaincus par les Franais.

    La premire rsistance de Sidi Bel-Abbs: son nom.

    En juin 1843, le gnral Bedeau vient procder la construction dune redoute sur la rive droite de la Mekkera, en face du mausole de Sidi Bel-Abbs, lendroit mme dcrit par Daumas lors de son passage en 1838. Puis dans un rapport au Gouverneur Gnral de lpoque, le gnral Lamoricire, dfendant son grand projet de colonisation souligne dans tout indique, Sidi Bel-Abbs comme une position capitale dans lensemble des donnes de notre problme. Sidi Bel Abbs pourra contenir une riche et nombreuse population agricole, europenne, bien entendu! Mais il fallait dbarrasser ces belles terres des Arabes qui les encombraient.

    En janvier 1845, le prtexte est trouv: des Ouled Brahim aux mains nues, visitant le mausole de Sidi Bel-Abbs, auraient tent une attaque contre la redoute. La raction franaise est immdiate: les 56 plerins sont massacrs et leurs corps enterrs en face du mausole de Sidi Bel-Abbs, lemplacement actuel du jardin public. La rpression contre le reste de la tribu est si terrible quelle provoqua lun des plus grands exodes de populations: Les Ouled Brahim, les Amarnas, les Hazedjs et dautres encore fuyant la terrible rpression franaise, abandonnrent en toute hte leurs territoires et se rfugirent au Maroc sous la protection de lmir Abdelkader. En quelques jours, dans le triste silence des vastes tendues, dsormais dsertes, il ne resta plus que la sinistre redoute franaise et face elle, lultime, limpassible rsistant: Sidi Bel-Abbs El-Bouzidi ! La terrible vision du saint Sidi Bel-Abbs en Bouzidi tait en train de se raliser !

    Presque malgr eux, les Franais subirent le nom de Sidi Bel-Abbs. Dans tous les crits administratifs et militaires, le nom de Sidi Bel-Abbs simposa. Les premiers rapports des gnraux franais, projetant de crer une ville franaise dans la rgion, parlent de la future ville de Sidi Bel Abbs. Un dcret, en date du 5 janvier 1849, y cra une ville de 2 3.000 habitants et lui donna le nom de Sidi Bel-Abbs. En 1865, lors de la visite que fit Napolon III dans la ville, les colons tentrent de changer le nom de cette ville et de lui donner le nom de Napolon-ville. Lempereur proposa de donner la ville le nom de Bel-Abbs-Napolon qui fut aussitt acclam. Mais, hasard ou baraka du saint homme, lhistorien Adoue avoue avec tonnement: On ne sait pourquoi le dcret consacrant ce changement na jamais t rendu. Pourtant tous les centres de colonisation des environs reurent des noms bien franais et les gardrent: Detrie, Palissy, Bonnier et autres Mercier Lacombe. De grandes villes coloniales reurent eux aussi des noms franais qui simposrent comme Orlans-ville (Chlef) et Philippeville (Skikda). Mais miracle, la ville la plus franaise dAlgrie, celle dont les colons taient si fiers quils laffublaient de Petit Paris, la ville o lon ne voyait larabe-musulman que trs rarement, selon Tewfik El-Madani qui lavait visit en 1930, gardera le nom de Sidi Bel-Abbs!

    Deuxime miracle Sidi Bel-Abbs rfrence didentit

    Bien sr dans cette ville qui se voulait franaise, tout ce qui tait algrien, arabe, musulman tait ni, folkloris, mpris. Les Algriens taient confins dans leurs grabas la priphrie de la ville dans des taudis insalubres. Et le mausole de Sidi Bel-Abbs fut nglig. Sans entretien, il commena tomber en ruine. Un arrt de la municipalit, conserv aux archives communales accordait bien une indemnit la gardienne du cimetire musulman, mais le mausole ne bnficiait daucun entretien et il commena se dgrader. Des voix commencrent slever.

    Les quelques notables de la ville ragirent en demandant la municipalit de procder une restauration du mausole. Une lettre date du 02 fvrier 1901 du conseiller municipal Mami Mohamed, conserve aux archives, soulve ce problme. Mais les rparations ne furent entreprises que trois annes plus tard, -mais elles le furent quand mme!- et Sidi Bel-Abbs retrouva son clat dantan. Et avec le temps mme les colons qui niaient toute algrianit la ville quils ont cre, ont fini par adopter le nom du ouali. Si bien quon retrouve le nom de Sidi Bel-Abbs dans leur littrature. Paul Bellat, le pote de Sidi Bel-Abbs, par exemple, crit dans lun de ses pomes: En quelque lieu que je succombe/ O mes amis creusez ma tombe/ Dans Bel Abbs o je suis n.

    Mais qui tait donc Sidi Bel Abbs El Bouzidi?

    Mais qui est donc ce saint la si grande baraka quelle put simposer mme ses ennemis? La lgende raconte que Sidi Bel Abbs El Bouzidi est le descendant dune longue ligne de chrifs et de oulmas, originaires de Frenda mais installs Tlemcen. Jeune, il eut un jour un songe o Allah lui prescrivait daller prcher la bonne parole parmi les rudes tribus lest de Tlemcen. Ces tribus sans cesse en guerre entre elles ou contre dautres tribus. Sidi Bel-Abbs se mit en marche et bientt sa sagesse et sa science poussrent les hommes simples de la plaine de la Mekerra et des montagnes du Tessala enregistrer et couter ses enseignements.

    Il les initia aux vertus de la religion musulmane, leur apprit dominer les passions, exalter la vertu, aimer la justice et pratiquer la charit. Personne dentre eux nosait plus entreprendre quoique ce soit sans en rfrer sa sagesse et tout ce quil conseillait ne manquait pas de russir. Bientt la paix, lentente et la prosprit rgnrent parmi les tribus. Son prestige et sa rputation furent tels que chacune des tribus voulaient le voir stablir chez elle.

    Leurs notables venaient souvent lui dire O Sidi Bel Abbs, pourquoi ne ttablis-tu pas parmi nous, nos biens seraient tes biens et nous te donnerions en mariage les plus gracieuses de nos filles. Mais le saint homme qui considrait que son sacerdoce ntait pas termin se drobait habilement et continuait son prche.

    Une lecture historique de la lgende

    Mais le perfide dmon rveilla dans le cur de ces hommes frustes, la haine et le doute. Des voix slevrent pour dnoncer ce qui fut prsent comme la suffisance et larrogance du saint homme et bientt Sidi Bel-Abbs fut chass des douars coups de pierres.

    Certains envisagrent mme de le tuer. Mais Dieu veillait et Sidi Bel-Abbs protg, se rfugia dans la fort de Messer o il vcut des annes de racines et de plantes sauvages tout en sadonnant la prire. Allah pour punir ces hommes de leurs mfaits, de leurs vices et de leur impit fit alors sabattre sur eux les plus terribles des calamits: guerres fratricides, famines, pidmies et souffrances ruinrent bientt le territoire des tribus

    Les sages des tribus des Ouled Brahim et des Amarnas ralisrent alors quils avaient commis une injustice lgard dun Juste et on dcida de chercher le saint homme et de lui faire pnitence. On le retrouva dans sa retraite de Messer et chacune des deux tribus invitrent le saint homme se joindre elle. Devant le refus de Sidi Bel-Abbs, certains Ouled Brahim voulurent lenlever de force.

    On raconte que Sidi Bel-Abbs se serait mtamorphos alors en colombe qui devant les yeux mduss des frustes arabes, disparut dans le ciel La colombe vola jusqu une colline dite Sidi-Amar, qui dominait la Mkerra. Et l Sidi Bel Abbs reprit sa forme premire. Cette belle lgende, a-t-elle quelques fondements historiques?

    Difficile dire en labsence dcrits. Les quelques lments historiques, trs approximatifs par ailleurs, que nous pourrons tirer de la lgende est que le saint homme aurait vcu entre 1710 et 1780, date de sa mort selon la tradition locale. Cette priode concide avec les guerres de rsistance contre loccupation espagnole dOran

    A la date de 1708, les Espagnols occupant Oran firent leur capitulation au bey de Mascara Bouchelaghem, et purent sembarquer vers leur pays. Mais en 1733, les Espagnols roccupent de nouveau Oran. Le bey Bouchelaghem se replia sur Mostaganem et soumit Oran un terrible sige.

    La situation des Espagnols est si difficile alors quils furent contraints de renouer avec les Beni Amer, leurs anciens allis et organiser une alliance avec eux contre les Turcs. Pendant longtemps une grande partie des Beni Amer formrent une compagnie de cavalerie indignes quon appelait Mogataces, dautres maures, Los moros de paz, les maures de la paix, se prsentaient comme les allis des Espagnols. Mais la tradition rapporte quau cours dune bataille, les Beni Amer se rallirent avec les Turcs et retournrent leurs armes contre les Espagnols.

    Ce fut une terrible droute pour les Espagnols. Quand Sidi Bel-Abbs meurt en 1780, les Espagnols sont toujours assigs Oran. Ce nest que onze ans aprs sa mort, en 1791 que le bey de Mascara, Mohamed El-Kebir, put chasser les Espagnols dOran la faveur dun tremblement de terre et sen empara.

    Hani Abdelkader La Voix de lOranie 22-23-24-25/11/08
    avatar
    63


    : 235
    :
    : 17/06/2008

    :

       63 18 2012, 22:17



    princesse 22



    : 24
    : 31
    :
    :
    : 07/07/2009

    :

       princesse 22 20 2012, 17:47

    mr hani c 'est le prophe de ma soeure merci

      / 26 2017, 03:20